Obtenir Adobe Flash Player
Dernières publications : Climat : Les promesses de la Chine et des Etats-Unis ne suffisent pas !
Retour
Expédition en méditerranée
Soutenez l'association Coriolis 14, reconnue d'utilité publique, dans son expédition :

Michel Herbelin, chronométreur officiel de l'expédition

Contact

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'information.

Nous contacter

Facebook

Suivez-nous sur Facebook pour être tenu au courant en temps réel.



Nous rejoindre

Les signaux envoyés par la Chine montrant qu’elle devrait limiter ses émissions de gaz à effet de serre et le projet des Etats-Unis de réduire les émissions de son secteur de l’électricité, bien que représentant un changement, ne constituent pas un remède significatif au réchauffement climatique.

 

D’autres nations ont félicité Washington et Pékin pour ce nouvel engagement à lutter contre le changement climatique. Les gouvernements travaillent également sur un accord, qui devrait être conclu à Paris fin 2015, pour ralentir les températures croissantes afin d’éviter davantage de canicules, d’inondations et une augmentation du niveau des mers.


Pourtant, malgré un élan d’enthousiasme, des incertitudes persistent – notamment en ce qui concerne la Chine.


Le 2 Juin, Washington a déclaré qu’elle prévoyait de réduire les émissions des centrales électriques existantes de 30% par rapport au niveau de 2005 d’ici 2030, mesure phare de l’action climatique menée par le Président Barack Obama.

 

Des responsables chinois ont suivi en disant que Pékin envisageait de mettre en place pour la première fois une limitation sur les émissions nationales.

 

La Commissaire européenne au climat, Connie Hedegaard, a mis en garde contre un enthousiasme trop important quant à la déclaration de la Chine, dont les émissions de dioxyde de carbone ont presque quadruplé depuis 1990 dans le cadre de sa croissance économique démesurée.

 

« Je suis certaine que la Chine est sincère quand elle indique vouloir fournir des réductions et des limitations mais l’élément clé est de savoir quand cela se produira ? » a-t-elle ajouté en marge des discussions qui ont lieu du 5 au 14 Juin à Bonn entre les négociateurs climatiques de 170 pays.

 

« Nous avons un proverbe en danois qui dit : « vous devez voir l’homme avant d’enlever votre chapeau » a-t-elle ajouté.

 

Jusqu’à présent, les plafonds absolus sur les émissions sont réservés aux nations industrialisées dans le cadre des plans climatiques de l’ONU. Les nations émergentes menées par la Chine et l’Inde ont des objectifs moins ambitieux pour ralentir l’augmentation des émissions relative à la croissance économique.

 

De nombreux experts disent qu’un changement de ton est important, bien que les plans des Etats-Unis et de la Chine soient loin des réductions nécessaires pour atteindre l’objectif de limitation des températures à 2°C par rapport au niveau préindustriel.

 

Un groupe intergouvernemental d’experts de l’ONU sur l’évolution du climat (GIEC) indique qu’il faudrait réduire les émissions mondiales de 40 à 70% par rapport au niveau de 2010 d’ici 2050, soit plus que presque tout ce que les pays prévoient.

 

« Il y a des signes très clairs de la part des deux principaux émetteurs qu’ils passent à une consommation carbone moins importante… c’est un niveau d’intention totalement différent » a déclaré Jennifer Morgan, du World Resources Institute.

 

Christiana Figueres, directrice du Secrétariat de l’ONU pour le Changement Climatique, a déclaré qu’elle pensait que la Chine fixerait effectivement une limitation.

 

« Ils comprennent que leur économie ne sera pas compétitive si leurs émissions continuent à augmenter et ils comprennent que leur population a besoin d’un air de meilleure qualité » a-t-elle ajouté.

 

Mais les signaux ne sont pas encore concluants.

 

A Pékin lundi, un responsable du gouvernement a déclaré que toute régulation à moyen terme en Chine permettra la croissance future des émissions. La semaine dernière, un autre conseiller a suggéré qu’une limitation soit fixée dans le cadre du prochain plan quinquennal à partir de 2016.

 

Le principal négociateur climatique de la Chine, Xie Zhenhua, a déclaré à Bonn la semaine dernière que le gouvernement de la Chine travaillait pour réduire les émissions dès que possible mais que les experts chinois étaient divisés sur la façon de le faire.


 
 
Galerie 22 Rive Gauche Statuts Online Little Big Studio CESA Eccta Ingénierie Opatrimoine Herbelin Champagne de Castellane MyDigitaLab KN Films
 
Presse | Mentions légales